SWOON (1995) de Tom Kalin | LoveMyVOD

SWOON (1995) de Tom Kalin

  • SWOON (1995) de Tom Kalin
  • SWOON (1995) de Tom Kalin
  • SWOON (1995) de Tom Kalin
  • SWOON (1995) de Tom Kalin
  • SWOON (1995) de Tom Kalin
  • SWOON (1995) de Tom Kalin
Streaming, 48 heures
Compatibilité : Mac/PC/Mobiles
Qualité encodage : Moyenne
Langue : VOSTF
Sous-titres : Incrustés


La période de location débute dès que vous effectuez votre paiement. Vous reconnaissez avoir pris connaissance des conditions générales de vente (CGV).

Cliquez sur le bouton pour louer votre VOD :


Film compatible tous supports


Si vous avez déjà loué ce programme, utilisez le lien que vous avez reçu par mail pour accéder au lecteur vidéo.


swoon
EDV : 2580
SWOON
1h 32 MINUTES
HD 720
Stéréo
2,99 €

de : .
Année : . Visa : Interdit aux moins de 12 ans.


Pays de production : .

Note LoveMyVOD :

L’histoire vraie de Nathan Leopold Jr et de Richard Loeb. Deux étudiants en droit brillants qui décident de commettre le crime parfait d’un jeune garçon de 13 ans en 1924. Leur procès tournera autour de leur penchant homosexuel, leur caractère froid et calculateur, ainsi que leur religion. Ils seront condamnés à perpétuité.

NOTRE AVIS

Cette histoire fait « froid dans le dos ». Deux étudiants riches, doués et peut être amoureux, du moins c’est ce que le film raconte décident de commettre le crime parfait d’un enfant. Le film en noir et blanc nous transpose sans transition à l’époque de la prohibition où toutes les interdictions pouvaient être bravées. Une descente aux enfers lentes pour Nathan Leopold qui se laisse dominer par Richard Loeb. On rentre dans l’intimité des meurtriers pour essayer, malgré tout non pas d’excuser, mais de comprendre.

VOUS DEVEZ CRÉER UN COMPTE GRATUIT POUR VOIR CE CONTENU : les « PREMIÈRES MINUTES » vous donnent un aperçu de ce programme avant de le louer. Pour voir l’extrait, il suffit de vous connecter ou de créer un compte.

« Tom Kalin filme dans un noir et blanc glauque. Parfois comme un reportage, lorsqu’il entrecoupe l’intrigue d’images d’archives. Le plus souvent, sur une musique à la Kurt Weill, la caméra tangue sur les visages, les corps de Loeb et de Leopold pour mieux suggérer leur isolement à deux et le vertige qui les lie (swoon veut dire « syncope »). Le réalisateur traque, bien sûr, ces prétendus surhommes, qui craquent comme des minables une fois découverts.  » (telerama.fr)

« Le traitement de cette histoire macabre est très étonnant. Swoon est une œuvre plastiquement magnifique, poétique, sensuelle. Le meurtre est survolé : ce qui intéresse Tom Kalin c’est la relation intense et tordue qu’entretiennent les deux criminels. Tous deux juifs, issus de familles aisées, ils s’évadent en lisant Nietzsche et en jouant les bandits. La citation de Venus in furs n’est bien entendu pas là par hasard car ils entretiennent des rapports de force. Qui contrôle vraiment l’autre, qui pousse au crime ? Un peu plus âgé, Nathan est en apparence celui qui tient les ficelles. Mais très vite on comprend que c’est le bimbo boy Richard qui le manipule, qui a une véritable emprise sur lui » (popandfilms.com)

VN:R_U [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 Votes)